Ce soir on fait l’amour

  • Ou mort d’un amour, cérébral,

Je pourrais être tenté
Succomber au désir
Je pourrais m’encanailler
Déraper de plaisir

Une simple question de méfiance.
Bien qu’en moi le désir brulait.
Pourtant je restais immobile,
sans mots dire ni rien entreprendre de trop sérieux.

Dire ces mots qui trahissent
Que je retiens sans cesse
Pour ne pas qu’ils ternissent
Le goût de ma tendresse

Elle n’attendait pas que je lui dise « je t’aime ».

Cela me convenait bien finalement. Je restais dissimulé derrière son indépendance et ses troubles. Fermement agrippé à la nature de notre relation. Pour éviter qu’aussitôt prononcés elle ne s’écarte et me laisse choir dans mon précieux imaginaire.

Tu séduis mon attention
De timides appétits
Libères mon intuition
D’inconscients souvenirs

Des émotions surgissaient de l’enfance. Lors des premiers émois. Au moment des timides découvertes, des caresses nouvelles.
Comme des souvenirs que l’on porte sans jamais y penser. Comme des sensations de plaisir que l’on ne cherche à nommer. Puis un jour, un événement, ils t’envahissent.

Ton corps teinte mon esprit
Mes pensées se promènent
Du coeur d’Anatolie
Aux frontières syriennes

Je la rêvais jour et nuit.
Mes pensées survolaient ses récits passionnés
lorsqu’elle revenait de voyage en solitaire.

Elle rêve en musique
De nuit comme de jour
A l’hôtel Pacific
Ce soir on fait l’amour

Nous l’avions décidé. Ni chez elle, ni chez moi.
Je ressens encore notre  première rencontreIl me fallait réunir des
musiciens pour un projet.
 Elle à sonné, j’ai ouvert et, je l’ai reconnu.

Je t’aime comme je te vois
Pour ce que tu symbolises
Même si tu ne connais pas
Celle qui en moi respire

Pour rien au monde je souhaitais l’affranchir de mon imagination ou lui donner un visage réel. La déception m’attendait. J’en avais l’intuition. Peut-être est-ce égoïste mais « Celle qui en moi respire » existait ailleurs. Dans mes songes ou je l’aimais profondément.

J’ai gagné l’équilibre
Grâce à notre affection
Cette idée coïncide
Avec mes sensations

Une tendre affection circulait librement entre elle et moi.
Elle soulageait ma solitude. Cela me faisait du bien. Tous deux nous étions en attente d’un « autre chose »

D’enrichir le présent
D’erotics substrats
J’aborde ce bel instant
Tel qu’il me tentera

Son image nourrissait ma fantaisie.
J’étais ivre de l’unir à toutes mes folies.

Ton corps teinte mon esprit
Mes pensées se promènent
Du coeur d’Anatolie
Aux frontières syriennes

Elle rêve en musique
De nuit comme de jour
A l’hôtel Pacific
Nous avons fait l’amour

Nous l’avons fait, une seule fois !

©Carlos Guanche

Ce soir on fait l’amour, le texte

A lire également: Un regard
Sur Facebook 🙂
Commentaires Facebook – Page C Guanche
Profil Youtube

17 réflexions sur “ Ce soir on fait l’amour ”

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s