Ce soir on fait l’amour

  • Ou mort d’un amour, cérébral,

Je pourrais être tenté
Succomber au désir
Je pourrais m’encanailler
Déraper de plaisir

Une simple question de méfiance.
Bien qu’en moi le désir brulait.
Pourtant je restais immobile,
sans mots dire ni rien entreprendre de trop sérieux.

Dire ces mots qui trahissent
Que je retiens sans cesse
Pour ne pas qu’ils ternissent
Le goût de ma tendresse

Elle n’attendait pas que je lui dise « je t’aime ».

Cela me convenait bien finalement. Je restais dissimulé derrière son indépendance et ses troubles. Fermement agrippé à la nature de notre relation. Pour éviter qu’aussitôt prononcés elle ne s’écarte et me laisse choir dans mon précieux imaginaire.

Tu séduis mon attention
De timides appétits
Libères mon intuition
D’inconscients souvenirs

Des émotions surgissaient de l’enfance. Lors des premiers émois. Au moment des timides découvertes, des caresses nouvelles.
Comme des souvenirs que l’on porte sans jamais y penser. Comme des sensations de plaisir que l’on ne cherche à nommer. Puis un jour, un événement, ils t’envahissent.

Ton corps teinte mon esprit
Mes pensées se promènent
Du coeur d’Anatolie
Aux frontières syriennes

Je la rêvais jour et nuit.
Mes pensées survolaient ses récits passionnés
lorsqu’elle revenait de voyage en solitaire.

Elle rêve en musique
De nuit comme de jour
A l’hôtel Pacific
Ce soir on fait l’amour

Nous l’avions décidé. Ni chez elle, ni chez moi.
Je ressens encore notre  première rencontreIl me fallait réunir des
musiciens pour un projet.
 Elle à sonné, j’ai ouvert et, je l’ai reconnu.

Je t’aime comme je te vois
Pour ce que tu symbolises
Même si tu ne connais pas
Celle qui en moi respire

Pour rien au monde je souhaitais l’affranchir de mon imagination ou lui donner un visage réel. La déception m’attendait. J’en avais l’intuition. Peut-être est-ce égoïste mais « Celle qui en moi respire » existait ailleurs. Dans mes songes ou je l’aimais profondément.

J’ai gagné l’équilibre
Grâce à notre affection
Cette idée coïncide
Avec mes sensations

Une tendre affection circulait librement entre elle et moi.
Elle soulageait ma solitude. Cela me faisait du bien. Tous deux nous étions en attente d’un « autre chose »

D’enrichir le présent
D’erotics substrats
J’aborde ce bel instant
Tel qu’il me tentera

Son image nourrissait ma fantaisie.
J’étais ivre de l’unir à toutes mes folies.

Ton corps teinte mon esprit
Mes pensées se promènent
Du coeur d’Anatolie
Aux frontières syriennes

Elle rêve en musique
De nuit comme de jour
A l’hôtel Pacific
Nous avons fait l’amour

Nous l’avons fait, une seule fois !

©Carlos Guanche

Ce soir on fait l’amour, le texte

A lire également: Un regard
Sur Facebook 🙂
Commentaires Facebook – Page C Guanche
C Guanche, Profil Youtube pour s’y abonner…

Optimisme, Ecologie Intérieure Participative.

On constate une propriété très surprenante qu’on appèle « Le principe de superposition » Dans notre monde à nous, régit par la physique classique,  si on considère sa position une particule sera au nord, ou au sud, ou à l’est, ou à l’ouest. En mécanique cantique elle sera simultanément dans les quatre points cardinaux. Sa position sera donc au nord, et au sud, et à l’est, et à l’ouest. C’est la logique du « Et » qui va prévaloir alors que dans la physique classique c’est la logique du « Ou ».

Selon la règle de base de la vibration, « Le même attire le même ». Je vais aller me connecter, résonner avec un futur potentiel optimiste qui ramené dans mon présent donnera les fruits de cette vision optimiste, de ce futur optimiste avec à la clé un monde bienveillant.

D’une certaine façon le monde à venir est dans des états superposés. On peut donc envisager un futur optimiste, bienveillant, ou un futur catastrophique, ou un peu pessimiste. Bref il y a plein d’états de figures des états superposés. Et bien moi (Philippe Bobola), en vivant, étant à l’intérieur de moi dans la certitude que le monde à venir sera optimiste, comme celui qui fait la mesure en physique qui incarne l’état nord au niveau de sa position et qui va faire venir dans son présent la particule dans une position nord, étant optimiste à l’intérieur de moi je vais faire venir dans mon présent un futur optimiste. Donc en étant optimiste j’amène la potentialité optimiste à s’incarner dans mon présent.

C’est pourtant simple non? 🙂

© Philippe Bobola

Source: Philippe Bobola: Dix minutes pour comprendre l’Optimisme (01:20)

 

C Guanche -Profil Youtube, pour s’y abonner…

C Guanche

 

Ca ne sert à rien !

  • Ou être sans avoir

Quand on parle d’un homme on dit que c’est un « être humain », on ne dit pas que c’est un « avoir humain ».  Ce qui caractérise l’être humain ce sont des choses qu’on ne peut pas acheter. L’intelligence, la sagesse, l’humilité, la tolérance, la compassion ne s’achèteront dans aucune boutique.

De droite, de gauche ou autre, mes patates au jardin poussent pareilles.

Avec l’argent on ne peut acheter que du concret. Des loisirs, des plaisirs artificiels. Ce sont des compensations à notre malêtre. Donc je me suis dit que si j’arrivais à résoudre le problème du malêtre, si j’essayais intérieurement d’être dans le bienêtre ça m’éviterais d’aller gagner de l’argent pour faire de la compensation à mon malêtre et je me suis aperçu que ça marchait très bien.

Source : à 17min : Etre sans avoir – Documentaire (2013)

C Guanche -Profil Youtube, pour s’y abonner…

C Guanche

Bruxelles, Visite du Potager Collectif Alhambra

Rien n’est impossible. Comme de planter des graines sur les pavés bruxellois. C’est ainsi que des habitants du quartier Alhambra (entre Rogier et Yser) ont regagné leur espace principalement voué à la prostitution. Au départ l’intention était de bloquer les rondes incessantes de voitures et coups de klaxon en installant des blocs de béton. En suite, pourquoi ne pas les remplacer par un potager? La commune s’est montrée favorable au projet et à répondu très enthousiaste à l’appel de ses citoyens.

Pour en découvrir davantage à propos de cette initiative porteuse d’espoir.

1000 Bxl en Transition
Adresse – Potager Alhambra

 

©C Guanche

C Guanche -Profil Youtube, pour s’y abonner…

 


GooFood

 

 

Potagers Urbains

Bruxelles Environnement

Unité, complétude et harmonie, sur le chemin du bonheur.

Ce que j’ai appris des sociétés traditionnelles c’est que finalement pour eux le secret d’une harmonie-bonheur, c’est un équilibre de soi à soi, de soi aux autres et de soi au cosmos.

Le plus important est d’avoir un équilibre de soi au monde, de soi au cosmos et de soi à la nature. Si on a cet équilibre, ça va rétroagir sur un équilibre de soi aux autres et enfin on aura un équilibre de soi à soi.

Et quand les trois équilibres sont présents dans une société, elle est équilibrée, harmonisée. Force est de constater que dans les petites ethnies il n’y a pas besoin de forces de l’ordre. On comprend la nature et donc on a pas besoin de morale ni de déontologie. Quand on arrive à ce niveau la d’équilibre et d’harmonie, je pense qu’il y a une notion de bonheur qui émerge.

Ca permet de comprendre que la plante, les minéraux, les atômes, les molécules ont cet équilibre, donc ils ont d’une certaine façon cet équilibre de bonheur et d’harmonie.

© Philippe Bobola

Source: (à 08min), Joanna MoodstepPhilippe Bobola – Science et bonheur (intéressant également à 15min)

Joanna Moodstep: http://www.moodstep.com/

C Guanche -Profil Youtube, pour s’y abonner…

Faites briller votre diamant fou intérieur !

Un être humain est une partie d’un tout que nous appelons: Univers. Une partie limitée dans le temps et l’espace. Il s’expérimente lui-même, ses pensées et ses émotions comme quelque chose qui est séparé du reste, une sorte d’illusion d’optique de la conscience. Cette illusion est une sorte de prison pour nous, nous restreignant à nos désirs personnels et à l’affection de quelques personnes près de nous. Notre tâche doit être de nous libérer nous-même de cette prison en étendant notre cercle de compassion pour embrasser toutes créatures vivantes et la nature entière dans sa beauté.

© Albert Einstein

Selon « The New York Times » (29 Mars 1972) et « The New York Post (28 Novembre 1972), cette citation provient d’une lettre écrite par Einstein en 1950.

Bernard Werber en parle ici sur KTOTV à 41:40, c’est fabuleux!

C Guanche -Profil Youtube, pour s’y abonner…

C Guanche

Des Vaches Carnassières !

… ou des oeufs et des tomates carrés.

No Comment !

Solutions Locales Pour Un Désordre Global : Extrait

Solutions Locales Pour Un Désordre Global : Le Film

« Avec ce film, je montre qu’il existe partout dans le monde des gens qui, sans se connaître, font la même chose, ont la même philosophie de vie et les mêmes pratiques envers la terre nourricière. Mettre en lumière cette universalité des solutions, tout autant que leur simplicité, c’était vraiment le but du film »

© Coline Serreau

Y a-t-il une vie avant la mort?
La Tempête
C Guanche -Profil Youtube, pour s’y abonner…

Pensons bien, ça vibre !

 

Tout ce qui existe vibre. Vibration est juste un autre mot pour énergie. En conséquence, l’absence de cristaux hexagonaux peut-être interprétée comme un signe que les forces de vie ont été corrompues énergiquement dans cette région. La musique est vibration. Si nous exposons de l’eau à de la musique sa structure cristaline changera.

©Masaru Emoto

Conrad : La conscience de la nature (17:47)

 

C Guanche -Profil Youtube

 

Liens intéressants:

Les messages de l’eau
Masaru Emoto message de l’eau esoterisme 1

 

 

Musicien-Auteur-Compositeur-Maître Reiki-En Quête De Sens