Archives du mot-clé émancipation

Qui en décide ?

 Ou l’éveil d’une abrutie

Pour définir son identité, l’un se conforme à la norme, l’autre échoue, s’y oppose, s’en moque.

Toujours est-il qu’un standard a posé ses limites.

Qui en décide ? Qu’on le veuille ou non chacun participe à la manoeuvre. C’est juste une question de position et de rôle.

Le puissant appelle la soumission. Le manipulateur domine la raison. Le narcissique chasse la honte. Etc…

C’est tout bénéfice pour la cupidité qui tire profits de ces principes. En occultant les motifs d’un malaise organisé.

Pourquoi rougir
Pourquoi souffrir
De l’image de soi

Exhibant l’inaccessible idéal, elle, la cupidité, s’insinue dans les subconscients jusqu’à imposer la frustration du manque et de la dissemblance. L’important est d’ignorer que l’être ne se résume pas à une icône.

Aussitôt qu’un besoin est donc crée,  le rapace insatiable monnaye ses compensations éphémères. Un véhicule, vêtement, un calmant, un téléphone portable, à la mode.

Po po po Pomme ! Ca marche !

On se laisse parfois même charcuter, refaçonner des pieds à la tête,  rectifier le cerveau, les fesses, le nez, liposucer pour extraire le mal incrusté dans la peau. Nous assistons à une série d’attitudes interpellantes. Ressembler à la « réalité » de la télé, d’une affiche. Bref, pour mériter sa place en société et gagner la sérénité, l’abruti obéit à cette condition du bonheur. 

Réalité
De la télé

 

 

 

 

 

L’héroïne de ma chanson souffrait. Avant de réaliser son état de dépendance et de trouver l’issue. Qui en décide se dit-elle ? Ma conscience ! Je décide de fouiller en moi et de chercher l’éveil.

C’est à mon personnage de reprendre le contrôle de son esprit créateur et d’observer la transformation de sa réalité. De retrouver son état originel. Celui des enfants qui ne sont pas encore éduqués. De quitter son modèle de dualité et de se fondre dans le mouvement de la vie. Demeurer ce qu’elle n’a jamais cessé d’être. Parfaite.

©Carlos Guanche

A lire également: Ce Soir On Fait l’Amour

Qui en décide, le texte

C Guanche -Profil Youtube
Image à la Une :
   Meg Gaiger

Petite Fille

  • Ou relation père fille,

Comment être père ?

Pour être le père de sa fille, il a fallu apprendre à être père. Cette opportunité ne se présente qu’à condition de l’être.  Les livres sont utiles par la suite pour confronter l’instruction à sa propre expérience. Que vais-je transmettre ? J’y ai beaucoup réfléchi. J’ai lu sans arrêter tant j’ai pris ce rôle au sérieux. Il devrait être différent de celui auquel j’étais « soumis » durant l’enfance.

Petite fille en face de moi
Pourquoi ce regard humide
Pourquoi craindre le monde

Qui étaient mes parents ?

Premièrement il est nécessaire de comprendre d’où l’on vient pour comprendre qui on est. Après la naissance de ma fille je reconnaissais mon père à travers chacune de mes attitudes. Ses expressions, ses réactions. Cela m’était insupportable.

Si on veut être différent, agir à l’inverse n’est pas forcément mieux. Il faudra creuser en profondeur et tout remettre en question. Quel genre d’homme était mon géniteur, et quelle femme était ma mère ? Comment étaient-ils ensemble ?

S’il te manque une part de moi
Pour retrouver l’équilibre
Rejoins-moi sous l’égide

Tout a changé quand j’ai réalisé qu’il s’agissait de gens ordinaires. Avec leurs qualités et leurs défauts. Dés cet instant j’en avais terminé avec les reproches, les lamentations et le pardon. Tout s’éclairait. C’était à moi de jouer. A moi de reprendre le flambeau et de poursuivre mon éducation.

Comment trouver l’équilibre et transmettre le meilleur de soi ?

Être le père de sa fille relève d’une importance déterminante. Bonne ou mauvaise il est une référence ne l’oublions pas. Au long de son existence l’homme que je suis influencera le comportement et les choix de sa fille. Comment trouver l’équilibre ? Je ne pense pas qu’il y ait une réponse précise si ce n’est de faire de son mieux et avant tout de cultiver l’introspection en permanence. Être père n’est pas être Dieu. Être père c’est apprendre à se connaître en guidant sa progéniture vers l’émancipation. A reconnaître ses erreurs et d’en tirer les enseignements pour transmettre le meilleur de soi.

Tu gagnes une part de moi
Tu garderas l’équilibre
Je te confie à l’avenir

Être père selon mon expérience :

C’est donner à sa fille la liberté de choisir plus tard un partenaire dont l’ambition serait de travailler à ses propres « imperfections » et de le voire évoluer au nom de leur union. Être père c’est transmettre à sa fille ce même projet d’évolution. Pour que l’un et l’autre s’accompagnent et donnent sa chance à l’amour.

Petite Fille, le texte.

© Carlos Guanche

Lecture conseillée :

La fille de son père – Linda Schierse Leonard

Père manquant fils manqué – Guy Corneau

D’autres vidéos sur mon profil [ YOUTUBE ]